Comprendre l’autisme de l’intérieur

Vous venez d’apprendre que votre enfant a de l’autisme. Que faire à présent ? Comment réagir ? En essayant de comprendre l’autisme ‘de l’intérieur’, vous découvrirez d’où provient son comportement et de cette façon, vous pourrez l’accompagner.

La partie visible de l’iceberg

Le comportement d’une personne présentant de l’autisme peut être comparé à la partie visible d’un iceberg : les symptômes sont apparents, mais la partie la plus importante de l’iceberg est invisible.

L’autisme et la communication

Pourquoi communiquons-nous ?

Le problème le plus important chez les personnes avec autisme n’est pas le comment, mais bien le pourquoi de la communication. Nous communiquons pour refuser, pour demander des choses, des informations ou de l’attention, pour donner un commentaire ou une information ou pour parler de nos sentiments. Notre communication a donc une fonction déterminée. 

Pour les personnes avec autisme, la communication ne va pas de soi. Elles peuvent, par exemple, nommer toutes sortes d’images, posséder un vocabulaire étendu, mais ne pas savoir l’utiliser à bon escient. Ainsi, elles seront capables de dire ‘pomme’ en voyant son image mais ne sauront pas pour autant en réclamer une. Le problème majeur n’est donc pas l’absence de parole mais le développement difficile de leur communication. 

Pourquoi une communication si difficile ?

Une manière particulière de communiquer

En général, les enfants sentent intuitivement que leur maman viendra les consoler s’ils pleurent. Les enfants avec autisme ne découvrent pas toujours par eux-mêmes qu’ils peuvent influencer leur entourage grâce à la communication.

Les bébés et les tout-petits qui ont de l’autisme développent souvent une manière inhabituelle, bien à eux, de communiquer. Quand Bert dit ‘Dig-dig-dig’, sa maman sait qu’il est très content. Quand Liesje se met à reculer, c’est qu’elle est fâchée.

Une perception littérale

De nombreux enfants avec autisme sont focalisés sur leurs perceptions immédiates. Dans ce cas, ils décodent au premier degré ; la signification sous-jacente des choses est plus difficile à comprendre. Ils éprouvent aussi des difficultés dans le langage verbal, car les mots sont abstraits (la signification ne se trouve pas dans la perception), on ne les voit pas et en plus, ils disparaissent aussitôt énoncés.

Des associations concrètes

Quand Jan a mal, il dit : “Il n’a pas vu la marche”. Ce sont les mots qu’il a entendus dire par son papa quand il est tombé dans l’escalier. Il lie la douleur qu’il ressent à ces mots et les répète quand il ne se sent pas bien. C’est très typique chez les enfants présentant de l’autisme : ils font souvent des associations concrètes et leur donnent ainsi leur propre signification. Les parents sont souvent les seuls à comprendre la communication de leurs enfants mais il est important que leurs enfants puissent également communiquer avec d’autres personnes. La communication doit pouvoir être comprise par tout un chacun. 

Echolalie

L’écholalie est la répétition littérale de mots et de phrases sans nécessairement les comprendre complètement. C’est le mode d’expression d’un enfant qui a une bonne mémoire, mais qui n’a pas encore développé la capacité à y donner un sens. L’écholalie apparaît également dans le développement normal des enfants, entre 18 et 36 mois, mais ce comportement se manifeste à un âge de développement plus élevé chez les enfants ayant de l’autisme.

Des problèmes avec le langage figuré

Les personnes avec autisme éprouvent des difficultés avec la diversité du langage. Elles peuvent difficilement l’adapter à différents contextes sociaux et ne comprennent pas toujours le langage figuré (par exemple dans certaines expressions comme ‘la nuit tombe’, ou ‘avoir mangé du lion’).

Des problèmes liés au contexte

Les personnes avec autisme ont des problèmes particuliers de généralisation qui sont à attribuer à leur manière de penser ‘en détail’ : elles pensent que les mots ou les aptitudes sont liés à certaines personnes, situations ou détails. Elles associent les mots, les images ou les objets qu’elles apprennent à utiliser dans le local de logopédie au logopède, au local lui-même ou à ce qu’il contient, une table verte, par exemple.

L’autisme et l’interaction sociale

En règle générale, les enfants semblent naître avec un instinct social. Ils regardent plus précocement et plus intensément les êtres humains que les objets. Il leur suffit d’un soutien extérieur minime pour apprendre à comprendre ce langage si difficile qu’est celui des yeux, des visages, des mains et des corps. 

Les personnes avec autisme ont, par contre, des difficultés à décoder le comportement social. La spontanéité et l’intuition dans l’interaction sont souvent particulières ou même absentes chez les bébés et les jeunes enfants avec autisme.

Pourquoi des difficultés dans les relations sociales ?

Des problèmes liés au contexte

Les problèmes liés au contexte peuvent donner lieu à des situations difficiles. Les enfants avec autisme essayent de trouver leurs propres marques dans un monde qui leur semble chaotique et généralisent difficilement d’un contexte à un autre. Ils peuvent, par exemple, jouer avec des légos en classe et ne jamais le faire à la maison. Ils parlent avec leur maman, mais pas avec l’institutrice.

Le déchiffrage des symboles sociaux

Pour les personnes avec autisme, le comportement social est encore plus difficile à comprendre que les symboles de la communication. Les situations ne sont jamais tout à fait identiques et c’est précisément ce qui doit être terrifiant pour une personne qui aimerait que le monde ne change pas beaucoup…
Chez les personnes avec autisme (avec ou sans déficience intellectuelle), le décodage du langage et du comportement social n’est pas aussi automatique que chez les personnes ordinaires.

L’autisme et les comportements particuliers

Pourquoi les enfants avec autisme ne jouent-ils pas comme les autres enfants ?

Les enfants avec autisme ne jouent pas comme les autres enfants. On ne peut toutefois pas parler de comportement ludique propre à l’autisme. Certains d’entre eux n’ont aucune fantaisie ou imagination et d’autres, par contre, jouent un rôle (un prince, par exemple) dont ils ont du mal à se défaire. De nombreuses variations prennent place entre ces deux extrêmes.

Pour pouvoir jouer avec d’autres enfants, il faut communiquer et comprendre les règles (abstraites) du comportement social. Les personnes avec autisme ont une capacité d’imagination différente. Elles éprouvent des difficultés à aller au-delà de la communication, du comportement social et de la symbolique qu’elles observent et à y donner du sens.

Ainsi, c’est pendant la phase de développement du jeu symbolique ou de ‘faire semblant’ que les difficultés des enfants avec autisme apparaissent clairement. Certains peuvent apprendre ces jeux, mais ce n’est pas aussi évident que chez les enfants ordinaires. Lors d’un jeu symbolique, il convient de dépasser la signification littérale. Par exemple, un cube devient une voiture et papa un cheval. La véranda dévient une école et la table de la cuisine un hôpital pour poupées… Il est difficile pour les enfants avec autisme de faire semblant, à moins qu’ils ne l’aient appris ou copié.

Les enfants qui ont de l’autisme éprouvent parfois des difficultés dans cette phase pour distinguer la fantaisie de la réalité. Ils croient littéralement ce qu’ils entendent dans les contes ou imitent ce qu’ils ont vu dans des films.

Certains d’entre eux ont un véritable don d’imitation. Ils imitent le jeu des autres enfants jusque dans les moindres détails mais l’imitation et la création sont deux choses différentes !

Certains enfants ayant de l’autisme jouent, mais avec des jeux bien plus évidents pour eux, comme les Lego Technics. D’autres enfants peuvent passer des heures à lire sagement des livres sur les planètes ou les dinosaures.

Pourquoi ne jouent-ils pas facilement avec les autres ?

Les camarades peuvent être très imprévisibles aux yeux des enfants avec autisme. Or, ces derniers éprouvent des difficultés dans le monde qui leur semble chaotique. Ils essayent de mettre de l’ordre dans ce flot de stimuli. Ils veulent, par exemple, que les objets aient une place fixe : les chaises bien rangées sous la table, le petit tapis à côté de la table du salon, une table gigogne sous le téléviseur, etc. Ce besoin de repères est appelé la résistance au changement. Ils préfèrent les activités prévisibles aux relations sociales parfois déroutantes...

Pourquoi les personnes avec autisme présentent-elles des comportements stéréotypés ?

Les personnes avec autisme vivent souvent dans une grande insécurité, surtout sur le plan social, et le fait de poser des questions dont elles connaissent la réponse les soulage. D’autres essayent de créer de la prévisibilité en faisant des choses dont l’effet est attendu : allumer et éteindre la lumière, faire rouler des billes des heures durant par terre, etc. Cela leur procure un réconfort dans un monde trop compliqué.

Si vous essayez de comprendre l’autisme de l’intérieur, vous verrez alors que derrière ce comportement, soidisant bizarre, se cache souvent une recherche de sens – sens qui pour nous est accessible automatiquement. Il se peut aussi que votre enfant se protége d’un excès de significations, comme c’est le cas lors des situations sociales trop compliquées.

A retenir

La cause du comportement d’une personne avec autisme n’est pas toujours facile à comprendre. Dans l’autisme, il peut y avoir des problèmes à 3 niveaux que sont la perception, le traitement de l’information et l’attribution de sens.

Il n’est pas toujours simple d’appréhender soi-même la manière de penser des personnes avec autisme.
Les parents sont parfois les seuls à bien comprendre la communication de leur enfant. Toutefois, il est important que les enfants puissent aussi communiquer avec d’autres personnes.

Pour les personnes avec autisme, l’information sociale est très difficile à décoder.

Source: Participate Autisme

Dernière modification le lundi, 28 mars 2016 13:22
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Collectif Autisme Maroc

Le Collectif Autisme Maroc est un réseau d'envergure nationale. Il regroupe 24 associations membres composées essentiellement de parents de personnes atteintes d'autisme.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Connexion

Newsletter

Partenaire

  • Ministère des Affaires étrangères et du Développement international
  • Office national de l'eau potable
  • France Coopération
  • Centre National Mohamed VI des Handicapés
  • Ministère de la Culture
  • Caritas Maroc