Qu'est-ce que l'autisme?

L’autisme est un trouble sévère du développement de l’enfant. Il apparaît avant l’âge de 3 ans. Il touche quatre fois plus les garçons que les filles. Le taux de prévalence de la population des autistes dans le monde est, actuellement, de 1 naissance sur 150. Le DSM IV ( Diagnostic and statistical of mental disorders ) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) repris dans l’ICD-10 (International Classification des Maladies, 10ème version) s’accordent pour définir l’autisme comme un trouble envahissant du développement avec principalement :

  • Une altération qualitative des interactions sociales
  • Une altération qualitative de la communication verbale/non verbale, et de l’imagination
  • Un caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, intérêts et activités

L'autisme est associé à un retard mental dans 75% des cas. Il n’est plus considéré comme un trouble psycho-affectif, mais comme une véritable pathologie neuro-développementale liée à des anomalies du développement du cerveau et de troubles biologiques. Certaines personnes sont remarquablement douées dans un domaine précis : mémoire des chiffres, musique, dessin, puzzle, etc. Les personnes atteintes gravement ne parlent pas, ont des difficultés motrices, sont sujettes à des troubles du comportement plus ou moins graves et parfois s'automutilent. Les troubles du comportement sont la cause principale d'exclusion des structures scolaires et sociales.

Contrairement aux idées reçues, ces troubles peuvent être traités efficacement. Les quelques familles qui ont pu bousculer les choses ont préféré créer leurs propres associations pour prendre leurs enfants en charge. Depuis, les associations pour enfants autistes ont commencé à voir leur nombre augmenter. Chacune travaille de son côté, avec ses moyens du bord. Les revendications en ce qui concerne le problème du diagnostic, des modalités de prise en charge, du suivi thérapeutique, de l’accompagnement pluridisciplinaire entre autres, commencent à se faire entendre. Le véritable démarrage de la prise en compte de la problématique de l’autisme au niveau national a été lancé avec la proclamation de l’Année de l’autisme à l’occasion du séminaire national sur le dépistage et le diagnostic précoces, organisé par le Secrétariat d’Etat chargé de la famille, de l’Enfance et des Personnes Handicapées, le 4 décembre 2004.

Définir l’autisme

Les difficultés de l'autisme peuvent être classées en trois catégories : les relations sociales, la communication et l’imagination. C’est ce que l’on appelle la triade. Ces caractéristiques peuvent apparaître sous différentes combinaisons et avec une intensité variable. Par conséquent, les personnes qui ont de l’autisme sont très différentes les unes des autres.


Les relations sociales:

Le problème principal est un manque de réciprocité dans les relations sociales, par exemple :

  • dès le plus jeune âge, certains enfants ont des difficultés à établir le contact visuel ;
  • ils ne tendent pas les bras vers leurs parents pour être pris ;
  • certains sont des bébés très calmes qui semblent n’avoir besoin de rien ;
  • ces enfants ont souvent un visage peu expressif, ils font peu de mimiques ou de gestes pour essayer d’entrer en contact ;
  • enfants, ils préfèrent jouer seuls ou bien, ils se montrent dominants envers les enfants de leur âge ;
  • ils ne partagent pas leurs intérêts et leurs plaisirs avec les autres.

La communication:

Dans l’autisme, c’est d’abord le processus de communication qui est perturbé, mais aussi les moyens de communication ou la manière dont on communique. On dit que la moitié des personnes avec autisme ne parlent pas et ne compensent malheureusement pas, ou de manière limitée, par d’autres moyens non verbaux de communication (mimiques, gestes, objets, etc.). Lorsque le langage est présent, il n’est pas souvent utilisé pour réellement communiquer. Ces personnes manifestent nombre de particularités ou problèmes :

  • elles présentent de l’écholalie : elles répètent des sons, des mots ou des phrases qu’elles ont par exemple entendus dans un dessin animé ;
  • elles confondent les pronoms personnels (‘tu’ à la place de ‘je’) ;
  • elles sont obsédées par un sujet (leur intérêt particulier) ;
  • elles communiquent de manière unilatérale, c’est-à-dire qu’elles ne cherchent pas ou n’attendent pas de réponse en retour quand elles parlent ;
  • leur compréhension du langage est, elle aussi, particulière. Elles prennent souvent le langage au pied de la lettre.

L’imagination et les intérêts Les personnes avec autisme fonctionnent souvent d’une manière très rigide et ont la plupart du temps des intérêts limités. Cela peut prendre les formes suivantes : 

  • elles présentent des stéréotypies motrices comme tourner sur elles-même ou se balancer ; 
  • elles ont des préoccupations répétitives comme reproduire toujours les mêmes gestes ; 
  • elles ont des routines comme faire les choses dans un certain ordre et des rituels comme toujours prendre le même chemin pour atteindre une destination donnée ; 
  • elles peuvent aussi être très attachées aux choses qui, pour nous, ont peu de valeur comme des ficelles, des morceaux de papier, etc. ; 
  • les personnes les plus douées peuvent développer une passion pour certains sujets, comme les voitures ou les horaires de trains ; 
  • les enfants avec autisme ont souvent leur propre manière de jouer. Ils n’utilisent pas forcément un jeu ou un objet pour l’usage prévu. On parle alors de jeu non fonctionnel ; 
  • certains peuvent passer des heures à ranger des objets dans un ordre déterminé ;
  • les personnes avec autisme éprouvent un besoin de répétition et sont résistantes aux changements. Chaque changement peut être source d’angoisse et de confusion.

Ces stéréotypies ou ces intérêts particuliers peuvent limiter leurs contacts avec le monde environnant. Par contre, ils leur permettent de s’assurer une structure et de retrouver les choses qu’elles connaissent

A retenir

Chez les personnes avec autisme, les aptitudes sociales et la communication sont perturbées mais elles sont présentes. C’est la qualité du contact social qui est touchée et, parallèlement, la qualité de la communication. On dit qu’elles sont particulières ou déviantes.

Les difficultés se situent aussi bien sur le plan expressif (l’expression) que sur le plan réceptif (la compréhension). Autrement dit, les personnes ont des difficultés à établir le contact avec autrui ou à s’exprimer, mais il leur est tout aussi difficile de comprendre les relations sociales et la communication des autres à leur encontre.

Les intérêts, même s’ils sont restreints, peuvent pourtant varier très fort d’une personne à une autre tant en ce qui concerne les comportements moteurs stéréotypés que les routines ou les intérêts plus cognitifs. Ces intérêts peuvent également varier au cours de la vie.

Dernière modification le lundi, 07 mars 2016 16:06
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Collectif Autisme Maroc

Le Collectif Autisme Maroc est un réseau d'envergure nationale. Il regroupe 24 associations membres composées essentiellement de parents de personnes atteintes d'autisme.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Connexion

Newsletter

Partenaire

  • Ministère des Affaires étrangères et du Développement international
  • Office national de l'eau potable
  • France Coopération
  • Centre National Mohamed VI des Handicapés
  • Ministère de la Culture
  • Caritas Maroc