Plaidoyer pour une éducation inclusive

Mise en œuvre de l’inclusion scolaire  à travers la formation des enseignants

Tout enfant Marocain a droit à l’enseignement fondamental gratuit et obligatoire selon le Dahir portant loi du 13 Novembre 1963. Pourtant des générations entières de personnes handicapées se sont vues refuser l’accès à l’école pour différentes raisons, dont le manque d’accessibilités, le manque de professionnels formés, l’absence de pédagogies adaptées…

Cette tendance à refuser l’accès à certains enfants en situation de handicap à l’école a trouvé son fondement législatif dans la Loi n°07-92 relative à la protection sociale des personnes handicapées, dont les articles 2 & 3 définissent le handicap selon une approche purement médicale, ce qui a impacté directement la manière avec laquelle le législateur a envisagé le droit à l’enseignement. Par ailleurs, l’article 12 atténue les effets de la Loi sur l’obligation de l’enseignement en utilisant  les expressions  « chaque fois que cela est possible »  et/ou « dans les limites de ses moyens ».

Les personnes en situation de handicap et leurs familles, qui ont longtemps attendu une loi à caractère contraignant, se sont retrouvées face au projet de Loi-cadre n° 97.13, qui reprend dans ses articles 11, 12 et 13 le même esprit de l’article 12 de la loi n°07-92. Ainsi,  l’article 12 instaure  le principe de la contractualisation entre l’Etat et les écoles spéciales pour les enfants que la loi considère non scolarisables. L’enseignement des adultes est attribué dans sa totalité aux associations. De son côté, l’article 13  dudit projet de loi-cadre instaure les comités régionaux chargés d’étudier les demandes d’inscription des enfants en situation de handicap à l’école et de décider de leur orientation en milieu scolaire inclusif ou spécifique.

La Constitution de 2011 consacre clairement le principe de la non-discrimination sur la base du handicap. Les dispositions de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, notamment l’article 24, énoncent le droit à l’éducation, à travers un enseignement inclusif, de qualité et gratuit.

L’effectivité de l’accès de tous à l’enseignement et à la formation nécessite une mise à jour de la formation initiale et continue des enseignants. Toutefois, Collectif Autisme Maroc et le Collectif pour la Promotion des Droits des Personnes en situation de Handicap, remarquent avec regret que le décret n°2-11-672 du 23 décembre 2011 portant création et organisation des Centres Régionaux des Métiers de l’Enseignement et la Formation a omis  d’inscrire le handicap dans le référentiel de formation et d’inclure des dispositions relatives aux enseignants référents dans le domaine du handicap ainsi que les auxiliaires de vie scolaire. 

Aussi, les Collectifs sus-mentionnés à travers le projet « Plaidoyer pour la prise en charge de la dimension du handicap dans les métiers de l’éducation » financé par la principauté de Monaco et réalisé avec l’appui de Handicap International, proposent-ils  un projet de  référentiel de formation pour les enseignants des premier et second degrés, lequel a été élaboré par un consultant, spécialisé dans la question de l’éducation inclusive. Ce document a été présenté lors de la Conférence de presse qui s'est tenue à Rabat, le 26 mars 2015 à 10h à l'Hôtel Diwan.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Collectif Autisme Maroc

Le Collectif Autisme Maroc est un réseau d'envergure nationale. Il regroupe 24 associations membres composées essentiellement de parents de personnes atteintes d'autisme.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Connexion

Newsletter

Partenaire

  • Ministère des Affaires étrangères et du Développement international
  • Office national de l'eau potable
  • France Coopération
  • Centre National Mohamed VI des Handicapés
  • Ministère de la Culture
  • Caritas Maroc